Publications

Le mal à l'âme

Le mal de l’âme le plus insidieux et le plus répandu dans le monde contemporain serait-il aussi le plus méconnu ?  

Qu’ont en commun, en effet, le salarié en proie au burn-out, l’amoureux qui sombre dans l’ennui, l’actif qui cède à la torpeur ou à l’hyperactivité et la surconsommation l’adolescent affalé sur un canapé l’œil rivé au plafond ou hypnotisé par l’écran vidéo ou l’individu « dégoûté » de tout et rongé par les ressentiments ? 

Le responsable se nomme l’acédie. Tout le monde connait les sept péchés capitaux : colère, avarice, envie, orgueil, gourmandise, paresse, luxure. Mais peu de gens savent qu’il existe un huitième péché, cette folle mélancolie, ce « démon de midi », ce « à quoi bon ? » qui consume l’intelligence, le cœur, l’existence.  

L’acédie est un redoutable démon qui nous jette dans un incompréhensible activisme ou dans une insondable lassitude. Deux sentiments que nous connaissons bien aujourd’hui.

Du temps des premiers ermites des déserts d’Orient, où ce mot a pris son sens, à aujourd’hui, ce démon n’a pas pris une ride.

Alexandra Puppinck Bortoli a décidé de prendre le problème à bras-le-corps, et de réagir contre ce mal qui nous menace plus que jamais, personnellement et collectivement. Elle dévoile toutes les facettes actuelles de ce mal ancien, et propose les solutions pour en guérir. 

Un traité du déconfinement moral et spirituel après les ravages planétaires de l’acédie, cet autre virus pandémique qui double le coronavirus. Une sagesse d’hier pour réapprendre à vivre aujourd’hui. 

Un guide pour passer de la morosité à la joie. 

« Au travers de mon activité de coach que j’exerce auprès des entreprises et des particuliers, nombreux sont ceux qui me confient leur lassitude et leur difficulté à trouver du sens dans leur travail et parfois même dans leur existence. D’autres encore se plaignent d’une incessante agitation intérieure qui ne les laisse pas en paix. Plus j’accompagne de personnes, plus j’observe que nous sommes nombreux à souffrir d’un mal-être indéfinissable dont les symptômes ressemblent, étonnamment, à ceux de l’acédie ! »

Le coach et son cousin le philosophe

Les coachs ne sont pas seulement les héritiers des entraineurs sportifs et des psy. Ils sont aussi les héritiers des philosophes. L’ouvrage leur restitue leur héritage et les sensibilise aux apports de la philosophie dans leur pratique professionnelle
Les coachs partagent avec les philosophes bien plus qu’ils ne croient : une histoire, des concepts et des pratiques, un art de vivre et de penser, une posture et la même qualité première, le discernement. 
Sous la forme d’un sympathique road-trip sur les chemins de la philosophie, entre un coach et une philosophe, cet ouvrage illustré offre de manière opérationnelle une boîte à outils et explicite à la lumière de la philosophie une série de concepts clés, qui constituent autant de repères essentiels pour les coachs.

Co-auteur de l'ouvrage " L' entreprise: un lieu pour l'homme "

Le monde est humain dans la mesure où les hommes peuvent l’habiter comme un lieu fait pour eux.
Qu’en est-il de l’entreprise ? Est-elle un lieu humain ? Est-elle un lieu pour l’homme ?  
Ce livre, fruit de plusieurs années de réflexions communes menées par des femmes et des hommes pour la plupart issus du milieu de l’entreprise, creuse les mutations significatives qui affectent ces fondamentaux.

Chapitre Mobilité et Intériorité par Alexandra Puppinck Bortoli.

Extrait

« Notre monde est de plus en plus marqué par la vitesse et le sentiment que tout s’accélère. La modernité s’éprouve – et chacun en fait plus ou moins l’expérience – par une modification du rapport au temps et à l’espace. Besoin d’être partout, de tout faire, d’être sans cesse en mouvement caractérisent l’esprit moderne.

L’expérience que chacun d’entre nous peut faire de la modernité est bien celle du sentiment d’accélération du temps, du rétrécissement de l’espace et d’une intensification du mouvement. Nous franchissons si rapidement les distances que la notion d’espace devient relative. Les moyens rapides de transport mais surtout les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont levé l’ancienne barrière et limite que représentait l’espace. L’espace est moins appréhendée comme distance que comme temps. Nous comptons désormais moins en kilomètres qu’en minutes et secondes. L’espace-temps moderne n’est plus celui que nous avons connu, celui où il fallait du temps pour faire les choses et du temps pour aller quelque part.

Une nouvelle rythmique du monde et de l’homme semble se dessiner conduisant l’homme à investir le rapport au monde sous l’horizon de la mobilité et du mouvement. Est moderne celui qui sans cesse se déplace, celui qui sans cesse s’expérimente comme mobile. Il s’agit plus qu’un simple changement. Il s’agit d’une mutation radicale du rapport au monde et du rapport à soi, une nouvelle expérience du monde au sens propre. Fabuleuse et inquiétante à la fois, elle oblige à ré-élaborer qui nous sommes et la manière d’être en rapport avec les autres. » (…/…)

newsletter

Recevez les nouveautés